Les référentiels du développement durable

Plusieurs référentiels sont disponibles pour les organismes afin de mettre en place une réelle politique cohérente avec les enjeux du Développement Durable.

En 1987, la Commission Mondiale sur l’environnement et le développement, dite commission Brundtland, a introduit et défini le concept de développement durable comme étant :

« un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion :

  • le concept de besoin et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’apporter la plus grande priorité,
  • et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir ».

Le Pacte Mondial :

Le forum économique mondial de DAVOS a rassemblé en 1999 les représentants des milles plus grandes entreprises du monde. Lors de ce forum, le Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan, a lancé l’idée d’un pacte mondial d’entreprises dont le contenu et les modalités ont été précisés en juillet 2000 avec comme objectif :

  • contribuer au développement durable, créer un réseau, favoriser le transfert des bonnes pratiques
  • promouvoir une mondialisation, sur la base d’une économie de marché profitable à tous.

ce pacte fédère les entreprises, les Nations Unies et acteurs de la société civile autour de valeurs fondamentales inspirées de 4 grands Textes :

  • La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme
  • La déclaration de l’Organisation Internationale du Travail
  • La déclaration de Rio sur l’environnement et le Développement
  • La convention des Nations Unies contre la corruption.

Les 10 principes du Pacte Mondial :

Les entreprises peuvent adhérer de manière volontaire au Pacte Mondial. Elles s’engagent alors à respecter les 10 principes du Pacte et à rendre compte régulièrement de leurs résultats.

Ces 10 principes s’articulent autour de 4 axes :

« Droits de l’Homme : les entreprises signataires s’engagent à :

– promouvoir et respecter les Droits de l’Homme dans leur sphère d’influence

– veiller à ne pas se faire complice de violations des droits fondamentaux

Normes de Travail : Les entreprises sont invitées à :

– respecter la liberté d’association et à reconnaître le droit de négociation collective,

– soutenir l’élimination de toutes forme de travail forcé ou obligatoire

– soutenir l’abolition effective du travail des enfants

– éliminer la discrimination en matière d’emploi.

Environnement :Les entreprises sont invitées à :

– appliquer l’approche de précaution

– prendre les initiatives en faveur de pratiques environnementales plus responsables

– favoriser la mise au point et la diffusion de technologies respectueuses de l’environnement.

Lutte contre la corruption : Les entreprises sont invitées à :

– agir contre la corruption sous toutes ces formes, y compris l’extorsion de fonds et les pots de vin ».

Concrètement pour les entreprises :

Le Pacte Mondial pose les bases de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Afin de traduire concrètement ce que signifie ce concept de Responsabilité Sociétale, plusieurs organisations, normatives ou privées, ont publié des référentiels en la matière, tels que la Global Reporting Initiative (GRI) , la norme SA8000, ou encore le guide français SD21000 ainsi que des modèles d’évaluation tels que celui promu par AFAQ AFNOR Certification : AFAQ 1000NR.

Pour plus de renseignements sur la sensibilisation, la formation, l’accompagnement, l’audit ou l’évaluation de l’intégration de ces démarches au sein de votre entreprise,

Contactez-nous

Share Button
A propos de l'auteur
Franck BOULITEAU, CNAM PARIS et Master Gestion de la qualité globale et Développement durable. Pendant 15 années dans l'entreprise, Franck BOULITEAU a contribué à la mise en place de système de management qualité-sécurité et au déploiement de projets transverses. Il assure parallèlement le management opérationnel d'équipes. Il créé en 2003, ANTHEA Conseils, cabinet d'audit, de conseil et de formation pour les domaines QSE (Qualité Sécurité Environnement) et RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). En 2012, ANTHEA Conseils est habilité par l'association MASE nationale pour réaliser les audits de certification selon le référentiel MASE-UIC. Franck BOULITEAU intervient aussi comme responsable d'audit et d'évaluation pour AFNOR Certification et intervenant AFNOR compétences pour les formations RSE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.