Retour sur le RV MASE Sud-Ouest : les Retours d’expérience – REx.

Ce lundi 5 juillet, l’association MASE Sud-Ouest organisait un rendez-vous consacré aux Retours d’expériences. La réunion était animée par Franck BOULITEAU et Arnaud Fabre, tous deux auditeurs agréés MASE pour le cabinet ANTHEA CONSEILS.

Le Retour d’expérience, de quoi s’agit-il ? Quelles sont les exigences ? quelles sont les recommandations formulées ?

Plus de 40 participants, représentants d’entreprises du BTP, de l’industrie ou des services et de toutes tailles ont répondu présents et ont participé aux échanges et apporter leur propre retour d’expérience sur le sujet.

Le MASE est un référentiel opérationnel visant à l’amélioration continue des performances Santé sécurité Environnementales de l’entreprise. Il s’appuie sur 5 axes d’exigences :

  • L’engagement de l’employeur
  • Les compétences et les qualifications professionnelles
  • La réalisation du travail
  • L’efficacité du système de management
  • L’amélioration continue.

L’analyse de risques, la préparation opérationnelle du travail, sa réalisation et le retour d’expérience constituent les fondements de toute démarche de progrès.

Qu’est-ce que le REx ?

Le retour d’expérience vise à analyser et comprendre ce qui s’est passé en vue de capitaliser sur les erreurs et les bonnes pratiques. Connaitre pour comprendre, pour capitaliser en vue d’améliorer.

Quand doit-on réaliser un REx ?

Dans l’absolu, le Retour d’expérience est un préalable à toute démarche d’amélioration continue.

S’il ne s’agit pas d’une exigence explicite du code du travail, mais n’est-elle pas implicite ?

  • Le document unique ne doit-il pas évoluer au regard du retour d’expériences des accidents ou de l’efficacité des mesures de prévention prescrites ?
  • « Tenir compte de l’état de la technique », « Remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas ou ce qui l’est moins » et plus largement l’application des 9 principes de prévention du code du travail ne s’appuie-t-elle pas nécessairement sur l’exploitation du retour d’expérience ?

Au regard des normes de systèmes de management

Les normes de systèmes de management (ex : ISO 9001, 14001, 45001, 27001, etc.), adoptent le principe de l’amélioration continue.

L’ISO 9001 lors de sa dernière révision en 2015 n’a-t-elle pas intégré « le management des connaissances de l’organisation » au sein duquel le retour d’expérience trouve toute sa place.

Pour ce qui concerne le référentiel MASE,

le chapitre 3.4 Retour d’expérience décrit les exigences explicites en matière de bilan de fin de chantier ou de fin d’affaires : « L’employeur établit un bilan à l’issue des tâches, travaux ou prestations »

Si ce chapitre celui consacré aux Rex, d’autres formes de retours d’expérience sont requis au titre de l’application du MASE. Il s’agit notamment :

  • L’analyse et l’exploitation des évènements issue des enquêtes et des analyses suite aux évènements accidentels (accident du travail, presque accident, situation à haut potentiel de risques, etc.)
  • L’analyse du fonctionnement du système de management et des résultats correspondants au travers du bilan annuel SSE ou de la revue de direction.

Comment décider de l’opportunité de déclencher un Rex ?

  • « s’il n’est pas possible ou pertinent de réaliser un Rex systématique sur toute activités, d’autres dispositions peuvent être recherchées : définir par exemple des critères de déclenchement (importance de l’affaire, les risques, la nouveauté, l’historique du chantier ou du client, etc.) »
  • « D’autres formes de Rex peuvent être adaptées au contexte des activités de l’entreprise. par exemple, réaliser des Rex par campagne, réaliser un Rex sur le déploiement d’un nouveau projet, réaliser un groupe de travail sur une ou des activités à risques, etc. »

Comment réussir l’animation du REx ?

  • « Le REx n’est pas l’affaire du seul Responsable SSE, comme toute démarche de progrès, sa réalisation sera facilitée dès lors qu’elle sera portée, encouragée et reconnue par la direction »
  • « Il sera d’autant plus riche s’il est réalisé par différents acteurs du chantier ou de l’affaire. Plusieurs regards valent mieux qu’un seul, les réussites ou les solutions aux difficultés passent bien souvent par une bonne communication et une bonne coordination entre les acteurs »

Quel contenu pour le REx ?

  • Le Rex ne doit pas s’appuyer sur les seuls retours négatifs (par exemple les accidents) mais doit permettre de s’appuyer, de reconnaitre ou de promouvoir des bonnes pratiques »
  • Le MASE propose un plan type :
    • L’analyse des remontées du personnel
    • L’analyse des situations situations dangereuses, presqu’accidents, accidents
    • Les évaluations des sous-traitants
    • Les évaluations des audits, visites terrains, des contrôles internes ou externes
    • Les aléas et la gestion.
  • D’autres formes de Rex peuvent être réalisés par exemple l’analyse des phases de travail, ou d’autres encore,
  • Si l’amélioration de la prévention et de la protection SSE est le but recherché, il n’y a pas d’obligation de réaliser un REX exclusivement consacré à la prévention. Faire un bilan prenant en compte les aspects économiques, techniques, commerciaux, qualité est tout à faire possible. Cela contribuera à donner du sens à chaque participant, et bien souvent les différents sujets sont totalement corrélés.
  • Enfin, « Le référentiel MASE n’impose par une forme de compte rendu particulière. Plus que la forme, c’est le fond qui prime. Le Rex vise à capitaliser pour améliorer ».

Quelles suites données aux REx ?

  • Le Rex n’a de sens que si ses résultats sont capitalisés. Il s’agit de communiquer, d’échanger sur les résultats. C’est d’abord une reconnaissance du travail accompli, c’est aussi le moyen de permettre le déploiement des décisions correspondantes »
  • La communication là aussi doit être adaptée Ce peut être par exemple :
    • La présentation des REX à l’occasion par exemple d’une réunion d’échanges entre des responsables d’affaires ou des conducteurs de travaux
    • La réalisation de flahs infos
    • La réalisation d’un échange lors de la revue de direction
    • La présentation des résultats lors de la convention du personnel.
    • etc.

En conclusion :

Ne parlons plus du Rex mais de Rexs. Ils sont multiples :

  • Le Rex sur évènement (ou la photo),
  • Le Rex sur chantiers ou sur affaires (la vidéo),
  • Le Rex sur l’activité, sur l’utilisation d’un nouvel équipement,
  • Le Rex sur le système (le bilan annuel ou la revue de direction)
  • etc.

Sachons consacrer nos efforts sur le fond et les finalités : « apprendre de ses réussites et de ses erreurs pour améliorer ses pratiques »

Plus que le forme, le fond reste la priorité, comme pour les autres exigences du MASE, le pragmatisme et la recherche de l’efficacité et de l’efficience doit primer. « Nous engageons des Rex dès le démarrage sur les chantiers que nous avons sélectionné. Nous n’attendons pas forcément que tout soit terminé pour réaliser le Rex, nous ne cherchons pas forcement l’exhaustivité ». Rappelons-nous Paul Valéry : « tout ce qui est simple est faux, tout ce qui ne l’est pas est inutilisable ».